Témoignage de nos représentations de l’union des femmes pour le développement rural et communautaire FREDY BUCHAGUZI à Goma  !
La ville de Goma a vécu un dimanche éprouvant. La nuit précédente a fait remonter les traumatismes au sein de la population et mis à jour des défaillances dans la surveillance du volcan. © africanews (en français)
Les membres de l’Observatoire volcanologique de Goma (OVG) sont mis en cause par certains habitants qui ne comprennent pas pourquoi une alerte n’a pas été donnée concernant l’existence d’un danger imminent d’éruption.
Malheureusement, comme l’a expliqué Kasereka Mahinda Célestin, le directeur de l’OVG, à Radio Okapi (une radio indépendante de la Mission de l’Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo), l’OVG avait arrêté sa surveillance du Nyiragongo pendant sept mois, soit depuis octobre 2020 jusqu’à avril 2021, faute de moyens.
Éruptions Goma 23/5/2021
Nouvelles de la République démocratique du Congo à travers notre représentation à Goma.
– Le volcan Nyiragongo est entré en irruption dans la nuit de Samedi à Dimanche et a continué sa progression jusqu’au abord de la ville.
– Le flot de lave du volcan s’est arrêtées au niveau de Buhene (TerrNyirago)
– La ville de Goma n’a pas été touchée
– L’aéroport de Goma est intact, car les coulées de lave se sont arrêtées à quelques mètres de l’aéroport
– 9 personnes ont perdu la vie à Rwasama (Ndosho) dans un accident de voiture qui transportait des personnes fuyants les lieux. Un bilan provisoire de 32 morts.
– Un tremblement de terre, suivi de plusieurs secousses, s’est fait ressentir, provoquant une panique supplémentaire.
– Le bilan des dégâts matériels sont importants mais pas encore chiffrés.
– Plus de 7 000 personnes réfugiées au Rwanda et 18 000 personnes réfugiés à bukavu, Sake et Uvira
– Scènes de pillage dans les boutiques, dans les maisons et magasins
La situation s’envenime sur les deux côtés de la frontière Rwando-congolaise, suite à la récente éruption du Volcan Nyiragongo. Un grand nombre de réfugiés continue à traverser la frontière vers la ville de Gisenyi au Rwanda, où bon nombre de personnes passent aussi la nuit à la belle étoile à cause des effondrements et des dommages sur de nombreuses certaines maisons mais surtout la peur d’autres incidents pouvant survenir suite aux tremblements qui se répètent à plusieurs reprises causant toujours plus de dégâts matériels. A titre d’exemple ; le marché central de la ville a été fermé et certaines maisons qui l’entourent endommagées, certaines routes urbaines, elles aussi fermées suite à leur effondrement, bref le sentiment de terreur et de désolation se fait sentir dans toute la population de Gisenyi et de Goma, villes voisines des deux côtés de la frontière. Des tremblements de terre de forte intensité continuent de se faire sentir ce mercredi passé en date du 23 Mai .

PUBLIER UNE REPONSE

Veuillez taper votre commentaire
Veuillez entrer votre nom

15 − douze =